الثلاثاء، 20 أكتوبر، 2009

Politique sociale: Un modèle de réussite

Najoua HIZAOUI

L'interdépendance entre le développement économique et la promotion sociale est le trait distinctif du modèle prôné par la Tunisie depuis le Changement du 7 novembre 1987 et l'un des facteurs essentiels des réussites engrangées par notre pays sur tous les plans depuis plus de deux décennies.

Par ce que pour le Président Ben Ali il ne peut y avoir de développement économique véritable dans un pays que s'il est partagé et solidaire, d'où l'action militante engagée tous azimuts pour lutter contre toute forme de marginalisation et d'exclusion et les politiques, les stratégies et les programmes initiés dans toutes les régions pour intégrer dans le circuit économique le plus grand nombre possible de citoyens et de fournir soutien et aide aux catégories à besoins spécifiques.

Faisant de la solidarité, de l'entraide et de la cohésion sociale un fondement essentiel de son projet de société, le Président de la République a initié un arsenal de réformes économiques et sociales qui ont permis au pays d'accomplir des avancées tangibles, d'améliorer de façon satisfaisante les indicateurs de développement humain et de renforcer les bases d'une société équilibrée et solidaire.

La première oeuvre entreprise dans ce sens et qui a vite généré des émules un peu partout dans le monde fut la mise en place du Fonds de solidarité nationale, qui a permis de tirer des régions et des centaines de milliers de familles des affres de la marginalisation et de la pauvreté.

Autant, l'approche renouvelée de la solidarité a touché les franges démunies, autant elle a été généralisée et étendue aux catégories vulnérables et à besoins spécifiques, touchant ainsi les handicapés, les personnes âgées et celles sans soutien.

La mutation à la fois qualitative et quantitative du niveau de vie des Tunisiens est le couronnement d'une politique socioéconomique cohérente et réfléchie, où les actions de solidarité plurielle développés, à travers des programmes ciblés, ont donné leurs fruits durant les 22 dernières années.

Les innombrables actions entreprises ont contribué à garantir à tous les Tunisiens, où qu'ils soient et quelle que soit leur catégorie sociale, les conditions d'une vie digne et d'un bien être assuré.

Les résultats de ces actions sont plus qu'éloquents au regard des performances et des acquis réalisés dans différents domaines. Des résultats qui confirment la pertinence des choix et stratégies adoptés par la Tunisie pour jeter les bases d'un modèle où développement rime avec partage et croissance avec une meilleure vie pour tous.

Il va sans dire que la Tunisie s’est engagée depuis plus de deux décennies dans un projet de société qui a placé les droits et la promotion sociale et économique des citoyens au fronton de ses priorités. D’où l’engagement d’une politique globale et réfléchie tendant à soutenir un développement intégral fondé sur l’équité et la garantie du bien être de chacun dans un environnement sain et à édifier une société apte à s’insérer dans le processus de la modernité et du progrès.

Les mutations qualitatives et quantitatives enregistrées témoignent, à l’évidence, de l’évolution que la pays a connue notamment dans le domaines de la qualité de la vie et du bien être, du recul de la pauvreté et de la consolidation de la classe moyenne –« qui représente un puissant facteur de l’équilibre de notre société et de cohésion du tissu social », sachant que le revenu par habitant est passé, en l’espace de cinq ans, de 3.500 dinars à 5000dinars et le taux de la couverture sociale atteindra d’ici la fin de l’année 2009, 95% et 98% en 2014.

Les indicateurs de développement pour la décennie 2007-2016, indiquent que le taux du chômage sera réduit de quatre points, le rythme de croissance sera accéléré afin de parvenir à un revenu de 8000 dinars par habitant dans les dix prochaines années et de promouvoir l’investissement, plus particulièrement dans les secteurs porteurs à haute contenu de savoir.

Et comme l’a annoncé le Président Ben Ali dans son discours-programme, le 11 octobre 2009, le volume des transferts sociaux a plus que sextuplé depuis 1987, portant la part des dépenses et des transferts sociaux à 61% du budget de l’Etat.

Les indicateurs réalisés par notre pays en matière de développement humain montrent une augmentation à 28 reprises du salaire minimum garanti depuis 1987, une réduction du taux de pauvreté à 3% et une réduction du taux du chômage de 16 à 14% en 2006.

L’augmentation du revenu annuel par habitant qui sera porté, de 5000 dinars actuellement à 7000 dinars en 2014 et 8000 dinars en 2016, commande la réalisation d’un taux de croissance annuel de plus de 6,2%.

La réalisation de cet objectif est tributaire de la poursuite de l’investissement dans l’infrastructure de base, la poursuite de la diversification de la base économique, la participation des régions à l’investissement en matière d’infrastructure de technologique, la promotion des nouveaux secteurs à haut contenu de savoir afin que leur contribution au PNB passe de 20% actuellement à 35% en 2016. Un intérêt particulier est accordé au contenu du savoir, avec comme objectif de porter le taux d’encadrement à 17% en 2009 et 23,5% en 2016.

A l’évidence, la Tunisie est, aujourd’hui, le modèle d’un pays qui a réussi la difficile adéquation entre le développement économique et les impératifs sociaux franchissant des pas considérables sur le chemin de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

La politique clairvoyante et les programmes nationaux ambitieux dans le domaine social, ont valu à la Tunisie d’être classée comme étant le meilleur pays au monde quant à l’évolution de l’indice de développement humain depuis l’an 2000.

En effet, et dans le domaine de la promotion de la qualité de la vie du citoyen, dans les milieux urbain et rural, l’espérance de vie de la naissance est passé de 67 ans à 75 ans, soit une évolution qui compte parmi les plus élevées au monde, avec une moyenne d’augmentation de près de deux ans par quinquennat.

A la faveur d'une politique sociale développée, il a été possible de permettre à 80% des ménages d’être propriétaires de leurs logements. Ce taux sera porté durant le prochain quinquennat à 90%.

Il serait opportun de rappeler que la croissance économique réalisée en Tunisie a favorisé un développement social équilibré et harmonieux qui se perçoit de façon tangible dans l’évolution des conditions de vie des ménages dans tous les domaines (alimentation, logement, santé, éducation, culture et loisirs…), cette évolution importante sera renforcée au cours des cinq prochaine années, qui seront marquées par le soutien des catégories les moins nanties afin de continuer à réduire le taux de pauvreté, le renforcement de l’encadrement social, le développement des programmes de prévention des handicaps et d’assistance aux catégories sociales vulnérables, afin de faciliter leur insertion dans la vie active.

C’est dire que le volet social demeure l’assise fondamentale de notre politique de développement. Le nouveau programme électoral du Président Ben Ali (2009-2014), poursuit la conduite du processus de développement d’encadrement des catégories vulnérables et aux besoins spécifiques, d’ancrage de l’esprit de solidarité au sein de la société, dans le cadre d’une approche fondée sur la sauvegarde de la dignité de l’individu et la nécessité de permettre à toutes les tunisiennes et tous les tunisiens de bénéficier des fruits du développement.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق